Le forum de l'association Le Collier de Perle

Un espace convivial pour discuter d'animaux et de bien d'autres sujets.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez
 

 Die tote Stadt(la ville morte)

Aller en bas 
AuteurMessage
tosse
Modérateur
Modérateur


Masculin
Nombre de messages : 331
Localisation : FRANCE
Loisirs : ......
Date d'inscription : 31/05/2007

Die tote Stadt(la ville morte) Empty
MessageSujet: Die tote Stadt(la ville morte)   Die tote Stadt(la ville morte) EmptyDim 15 Nov - 10:35

L’étrange traversée d’un univers mental

Une femme morte, une ville morte, Die Tote Stadt n’est pas du cinéma et reste son œuvre maîtresse : c’est le roman du poète symboliste belge Georges Rodenbach, Bruges la Morte, qui lui inspira cette étrange traversée de l’univers mental d’un homme qui ne sait plus où s’arrête le réel et où commence le fantastique. Du rêve au cauchemar, Paul, le veuf inconsolé de Marie, voue un culte absolu à sa mémoire. Il s’est installé à Bruges car cette ville en deuil porte les traces de leur amour. Mais voici que survient Marietta, artiste d’un cirque ambulant de passage qui ressemble à s’y méprendre à la bien-aimée. Paul alors se laisse happer par un labyrinthe schizophrène où ses désirs et ses pulsions prennent corps dans l’imaginaire de ses nuits. De l’étreinte au meurtre, autant de dérives qui n’auront existé que dans la morbidité de ses fantasmes.

De ce matériau immatériel, Korngold a tiré une musique qui envoûte sur des modes où l’on retrouve les signes et les sons de ces années 20 du dernier siècle, les empreintes inévitables de Wagner et surtout celles plus proches et plus présentes de Richard Strauss, ou encore, en trois temps, celles des valses mélancolique d’un Franz Lehar. Il tourne le dos au sérialisme, fait exploser les paroxysmes et les fulgurances qui traversent un cerveau malade. C’est enivrant comme un tour dans un manège pris de folie.

En 2001 l’opéra National du Rhin fut le premier à redécouvrir cette œuvre majeure qui fit escale au Châtelet de Paris dans une version où une Bruges meurtrie, peuplée de figures à la James Ensor était reliée aux chimères d’un rêve américain fait de néons et de toc. Willy Decker ne s’embarrasse pas de références flamandes, sa conception est essentiellement centrée sur le voyage intime et paranoïaque du personnage principal.


SUITE : http://www.webthea.com/actualites/?LA-VILLE-MORTE-DIE-TOTE-STADT-de,2038




Die tote Stadt(la ville morte) 51NX7DXG8KL._SS500_

http://fr.wikipedia.org/wiki/Bruges-la-Morte